Actualités

Transition énergétique, préservation de l’environnement et des ressources naturelles

Le 10 octobre 2017
Le Grand Narbonne soutient l’expérimentation de la réutilisation des eaux usées pour l’irrigation viticole.
Photo : station d'épuration de Roquefort-des-Corbières.

Suite au conseil communautaire du 28 septembre, les élus du Grand Narbonne ont autorisé le concessionnaire BRL Exploitation à mener une expérimentation d’irrigation de la vigne par la réutilisation d’eau en sortie de la station d‘épuration de Roquefort-des-Corbières.

Le projet de BRL, retenu par l’Agence de l’Eau dans le cadre d’un appel à projet sur la réutilisation des eaux usées retraitées (REUT), consiste en l’installation d’un prototype qui détournera une partie des eaux en sortie de la station d’épuration qui se rejettent actuellement dans le Rieu. Ce prototype comprend :
- une réserve lagunaire qui permet de poursuivre l’épuration de l’eau et de la stocker ;
- une station de pompage ;
- un système de filtration et de traitement de l’eau.
L’expérimentation, d’une durée de deux ans et demi, permettra à BRL Exploitation de mettre au point ce prototype dans l’objectif d’assurer l’irrigation d’une dizaine d’hectares de vignes.

Pour Gérard Kerfyser, Vice-président du Grand Narbonne délégué au Cycle de l’eau, « Avec cette nouvelle initiative, Le Grand Narbonne confirme sa position de territoire pionnier dans l’étude de la réutilisation des eaux retraitées. En effet, depuis 2013, la Communauté d’agglomération participe activement sur la façade littorale, au projet Irrialt’eau aux côtés de l’INRA, de la cave de coopérative de Gruissan, de Veolia et de l’entreprise Aquadoc. Le projet avance et sera bientôt testé sur 80 hectares.
Le projet porté par BRL, complémentaire à Irrialt’eau, permet de tester le recyclage de l’eau sur une petite station d’épuration de l’arrière-pays, avec une méthode de lagunage.
»

« Pour Le Grand Narbonne, la réutilisation des eaux en sortie de station d’épuration est l’une des pistes prometteuses à déployer pour maintenir la viticulture et l’agriculture, confrontées à des sécheresses de plus en plus marquées. Nous travaillons en ce sens et avons obtenu un financement de l’Agence de l’eau pour étudier la généralisation de ce procédé sur les 34 stations d’épuration du Grand Narbonne, soit potentiellement 8 millions de m3 d’eau », souligne Magali Vergnes, Vice-présidente du Grand Narbonne déléguée à l’Agriculture, la Viticulture, l’Œnotourisme, aux Fonds européens et à la Coopération décentralisée.