Actualités

Le Grand Narbonne pose la première pierre de la station d’épuration de Leucate La Franqui

Le 18 mai 2017

De g. à d. : Bernard Devic, Président du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée, Michel Py, Maire de Leucate, et Jacques Bascou, Président du Grand Narbonne.

Le Grand Narbonne, dans le cadre de sa compétence eau et assainissement, poursuit son programme d'investissements afin de garantir un service public performant, adapté aux évolutions démographiques de son territoire et dans le respect des normes environnementales.

La commune de Leucate, urbanisée en quatre points, dispose d'une station d'épuration pour Leucate Village et Leucate Plage, une pour Port-Leucate et une pour La Franqui. L'unité de traitement de La Franqui, datant de 1979 et d'une capacité de 1 800 équivalents habitants, est aujourd'hui sous-dimensionnée pour sa population actuelle et future, ainsi que pour la population touristique en haute saison. Avec une capacité de près de 7 500 équivalents habitants, la future station d'épuration de La Franqui sera conforme pour un traitement amélioré des effluents et adaptée à une population croissante.

La future station d'épuration de La Franqui sera dotée d'un type de traitement par biofiltration. Après un premier traitement physico-chimique, la technique de la biofiltration consiste à faire passer l'eau usée au travers d'un système filtrant, constitué de microorganismes qui fixent et dégradent les particules polluantes.

Les effluents, une fois traités et épurés, pourront donc être rejetés en toute sécurité pour le milieu récepteur naturel, l'étang de La Palme. En effet un objectif impératif de la construction de la station d'épuration de La Franqui, étant de préserver la qualité de l'eau de l'étang de La Palme, une des lagunes du littoral méditerranéen les mieux préservées de la perturbation de l'équilibre biologique et de la contamination chimique, sur un site classé Natura 2000.

L'ancienne station d’épuration de La Franqui utilisait le lagunage : technique naturelle d’épuration des eaux dont le principe est de faire transiter les eaux usées dans un bassin "tampon", avant d'être rejetées dans le milieu naturel. La roselière du lagunage des Coussoules, qui était utilisée comme seul système épurateur jusque là, sera curée et nettoyée en septembre pour devenir une zone tampon végétalisée entre le nouveau système d'épuration de La Franqui et le rejet dans l'étang de La Palme.

Dans ce cadre, une convention entre le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée (animateur du site Natura 2000 de l’étang de La Palme) et Le Grand Narbonne prévoit un suivi de la roselière pour une période de trois ans. Au-delà des contrôles effectués toute l'année, le Parc prendra part à la surveillance complémentaire des rejets du nouveau système d’assainissement de La Franqui, afin d’évaluer l’impact du rejet de la station d’épuration sur la roselière de la presqu’ile des Coussoules et d’estimer le pouvoir épurateur de la biofiltration vis-à-vis de la qualité de l'eau.

Un investissement de 8,2 M €

Le montant global de l’équipement est de 8,2 M€, répartis comme suit :
- 5,5 M€ TTC : coût de la construction de la station d'épuration
- 2,7 M€ TTC : coût des réseaux de transferts et du poste de relevage
Financement de la station d'épuration :
- Grand Narbonne : 4,7 M€
- État/Agence de l’eau : 800 000 €

La station d'épuration de La Franqui
• Maître d’ouvrage : Le Grand Narbonne, Communauté d’agglomération
• Maître d’oeuvre : Bureau d'études Gaxieu
Parmi les entreprises retenues :
• Coordonnateur sécurité : Mateille - Ferrando
• Entreprises : Suez Degremont, Sogea Sud-SM

Les travaux de construction de la station d'épuration vont débuter en juin 2017 pour une mise en service en juillet 2018.

Chiffres clé du cycle de l'eau dans le Grand Narbonne
Plus de 120 M€ de travaux investis depuis 2003, dont 50 M€ sur les stations d'épuration
1 station d'épuration livrée en moyenne par an
80% des prestations sont assurées par des entreprises locales